Cet article est paru en février 2022, dans les Cahiers du Yoga, la revue de Yoga Suisse.
 
Il arrive parfois, au cours d’une vie, que le yoga, sa pratique, son étude, et son approfondissement, prennent de l’espace, ou même se révèlent essentiels. Dès lors, le cheminement du pratiquant, du yogi, appelons-le comme nous le souhaitons, laisse en lui comme une trace, une trace qui influe sur son évolution personnelle, spirituelle, et voire même sur sa destinée. Parfois le chemin tracé est rectiligne, mais cela est rare. D’autre fois, le sentier devient piste ténue, ponctuée de moments de pause ou d’interrogation… Ou encore, le plus souvent, le parcours intérieur est sinueux, comme celui d’une rivière ou d’un fleuve. Aux détours de la voie intérieure, des rencontres, voulues, ou impromptues, participent à l’élan spirituel. Ces « rendez-vous » yogiques ont lieu parfois en tête-à-tête, « en vrai », parfois en groupe, ou au travers de livres, de reportages, de conférences, … ou par le biais d’un autre enseignant ayant rencontré le maître en yoga… ou tout autrement encore… par exemple, nous avons exploré, en long et en large, les rencontres « en distanciel » depuis l’arrivée du Covid.
Kambaly Swamy Madam

Les rencontres

Quoiqu’il en soit, je voudrais parler de ces rencontres intenses mais indirectes. Je suis personnellement interpelée par la force de ces rencontres dans le subtil : la mise en application de l’enseignement reçu indirectement nourrit la relation subtile avec le maître.

Ma première « vraie » rencontre en yoga a eu lieu en 1989. J’ai eu la chance de rencontrer un maître de yoga indien « en vrai » et de recevoir directement de lui des initiations et, à l’époque, je pensais que mon chemin en yoga était tout tracé… Puis, en 1993 déjà, ce maître a quitté son corps… alors que mon cheminement yogique ne faisait que commencer.

J’ai alors pleinement intégré l’importance de poursuivre ma pratique et mon étude en yoga, selon les enseignements reçus, puis aussi, de les nourrir auprès d’autres professeurs. Il y avait, d’un côté, mes rendez-vous quotidiens en méditation et sur le tapis de yoga, puis de l’autre, l’inspiration qui me venait de mes lectures et de mes nouvelles rencontres yogiques.

En 2008, j’ai découvert, d’abord à distance, puis en présence, l’enseignement du Swami Gitananda Giri, de Pondichéry, au travers de son épouse, Meenakshi Bhavanani, et de leur fils, le Dr Ananda Balayogi Bhavanani qui, tous deux, poursuivaient la transmission de l’enseignement du Swami, décédé en 1993, lui aussi. Ainsi la tradition est restée pleinement vivante. C’est une histoire singulière… mais aussi un véritable clin d’œil quant à l’universalité du yoga et à la mondialisation de sa diffusion.

Swami Gitananda et Yogacharini Meenakshi Bhavanani

En tant que femme, lorsque je me rendais en Inde, j’attendais depuis longtemps, une vraie rencontre avec une Yogini, pleinement investie dans la pratique et l’enseignement. La rencontre avec Yogacharini Meenakshi Devi Bhavanani a été une évidence. Cette résidente indienne, américaine d’origine, journaliste de formation, est arrivée en Inde en 1968, pour y étudier le yoga, puis pour y rester définitivement, aux côtés de celui qui est devenu son époux. Elle reçut une formation complète en yoga et au Bharata Natyam, exerça comme danseuse, puis comme formatrice en danse auprès de plusieurs milliers de jeunes gens, pendant 40 ans. Elle et Swami Gitananda ont fortement contribué à diffuser le yoga et les arts carnatiques auprès des milieux défavorisés de Pondichéry.

Lors de mes visites, Meenakshi m’a accueillie spontanément et chaleureusement, ainsi que les groupes que j’accompagnais, alors même que, selon son fils elle était très sélective et n’invite que rarement à des Satsangs (enseignements directs dans l’intimité de l’ashram) des gens non formés par eux. C’était une vraie rencontre de cœur…

Yogacharini Meenakshi Bhavanani

L’histoire de cette famille est atypique. Le Dr Swami Gitananda est né le 24 juillet 1907 dans le nord de l’Inde. Sa mère était irlandaise, convertie à l’hindouisme, et son père, avocat, était Sindhi (d’origine pakistanaise). Sa mère décéda alors qu’il n’avait que huit ans. A l’âge de dix ans, il rencontra son maître en yoga, le saint Bengali Swami Kanakananda Brighu. Durant 6 ans, il étudia à ses côté la science mystique du Yoga, du Tantra et du Yantra. A l’âge de 16 ans son maître l’envoya en Angleterre pour y étudier la médecine. Puis, il entra à la British Royal Navy en tant que médecin pendant la seconde guerre mondiale. Ensuite, il immigra au Canada où, tout en poursuivant la pratique de la médecine, il établit des écoles et des centres de yoga. Il rentra définitivement en Inde en 1967 et fonda l’Ananda Ashram à Lawspet, Pondichéry. En 1975, sa rencontre avec Srila Sri Shankaragiri Swamigal, sage de la tradition Shaiva Siddhanta Yoga du Sud de l’Inde, lui permit de recevoir l’enseignement de cette autre tradition et d’en devenir aussi l’héritier. Il reçut de son maître le Kambali Swamy Madam, un ancien ashram et lieu de sépulture de plusieurs yogis renommés, qu’il rénova avec enthousiasme. Swami Gitananda eut un grand rayonnement de son vivant, sur toute la région du Tamil Nadu, mais aussi en Inde, et bien au-delà, puisque de nombreux occidentaux sont venus suivre ses formations en Rishiculture Ashtanga (Gitananda) Yoga, de son vivant et après. Ses élèves ont ouvert plus de 135 centres de Yoga dans 30 pays autour du monde. Swami Gitananda a écrit 25 livres sur le yoga et a fait dix tours du monde et plus de vingt tours de l’Inde. Il était reconnu par le monde médical pour sa double compétence scientifique et yogique. Il a participé à la diffusion du yoga, de la culture et de la santé auprès de la jeunesse de l’Inde. Aujourd’hui encore, le charisme, la générosité et l’humour de Gitananda, le Swami « à la peau blanche », laissent des souvenirs indélébiles chez ceux qui l’ont rencontré. Chaque fois que je me rends à Pondichéry et que je parle de lui, je vois le visage d’inconnus des anciennes générations s’éclairer et me raconter une rencontre ou une anecdote avec le Swami Gitananda Giri.

Dr Ananda Balayogi et son fils

J’ai bien sûr aussi rencontré son fils et successeur, Yogacharya Dr Ananda Balayogi Bhavanani, lui-même médecin et directeur du CYTER (Centre for Yoga Therapy, Education and Research) de l’hôpital Sri Balaji Vidyapeeth à Pondichéry. Le Dr Ananda Balayogi est un homme profondément positif, convaincu par la démarche yogique, enthousiaste et généreux. Lors de chaque séjour, il nous a accueilli(e)s de façon royale. Le Dr Ananda est l’auteur de 15 DVDs et 12 livres de Yoga, grâce auxquels j’ai découvert l’enseignement de son père. Il a publié plusieurs dizaines d’articles sur le yoga et la recherche en yoga. Il est aussi chanteur carnatique, percussionniste et compositeur musical. Formateur en yoga, conseiller de l’International Association of Yoga Therapists (IAYT) et membre du comité technique de certification en yoga du ministère AYUSH, il est amené à voyager sur le plan mondial.

Groupe avec Dr Ananda Balayogi Bhavanani

Ses propres enfants ont été éduqués selon les valeurs du yoga et de l’hindouisme. C’est inspirant de voir ainsi le yoga se transmettre en toute simplicité, de génération en génération. J’ai vu la grand-mère sonner la cloche dans le temple, pendant une Puja, tout en répondant à un téléphone important, puis en s’occupant d’un enfant qui passait par là. J’ai vu le petit-fils effectuer les rituels avec son père… puis se changer pour aller faire du Taekwondo avec ses amis. J’ai vu la mère chanter des Mantras, puis le père et la fille chanter ensemble des chants carnatiques, avec dextérité et grâce. Il y avait de la fierté réciproque et beaucoup d’amour.

Alors même que, toute jeune, j’avais vécu un style de vie yogique monacal, j’ai aimé rencontrer cette famille de yogis; pleinement ancrés à la fois dans la pratique, la transmission, la vie sociale et familiale.

Ce fût pour moi une source d’inspiration qu’il m’a plu de vous partager ici.

Namaste,
Michèle Lefèvre

Entree de l'Ashram à Pondichéry - documentation offerte
Michèle Lefèvre

Michèle Lefèvre

Professeur de Yoga, formatrice « Yoga & Ayurveda » , conseillère en Ayurveda

«Le yoga est ma passion, et sa pratique quotidienne, ma source d’inspiration. Mon intérêt pour la santé holistique, en découle. Une recherche spirituelle de longue date accompagne ma démarche. J’ai commencé la pratique du yoga à 16 ans, puis de façon quotidienne à l’âge de 25 ans. Je transmets le yoga depuis 1991. J'approfondis et je transmets l’ayurveda appliqué au yoga depuis 2005.»

Formée initialement en Inde, à l'ashram Sivananda, Michèle enseigne le yoga depuis 1991. Après presque 5 années vécues dans les centres de yoga Sivananda (en Europe), en tant que staff à plein temps, elle poursuit différemment son chemin en Yoga. Elle fait une formation sur 4 ans auprès de Yoga 7 (Genève), puis se forme en Ayurveda (American Institute of Vedic Studies, Jiva Institute, Shivani Clinic) et au Natha Yoga, avec Christian Tikhomiroff. Elle crée le blog Yogamrita en 2007, puis quitte la région genevoise pour la Bretagne, où elle commence ses activités en yoga courant 2008. Yogamrita est pleinement devenu une école de formation en yoga en 2014.

En 2018, Isabelle Hernandez s'est jointe à elle. Ce fût une belle rencontre qui nous a donné envie de poursuivre. Aujourd'hui, nous sommes toutes deux formatrices et associées au sein de Yogamrita.

 

Sites internet:

Aller plus loin en présentiel:

Post-Formation Yoga & Ayurveda BLOG - Bas de page ARTICLE 353 x 240 px

Post-formation en yoga (500h) "Yoga & Ayurveda"

L'École de Yoga Yogamrita propose depuis 2017 des post-formations approfondies "Yoga & Ayurveda" sur 2 ans pour professeurs de yoga:

Début de la sixième promotion: 9 janvier 2023
(la 5ème est au complet pour juillet 2022)

  • La formation "Yoga & Ayurveda" est avant tout un enrichissement personnel en yoga et en ayurveda.
  • Elle vous permet de mettre en place une Sadhana yogique et une Dinacharya ayurvédique adaptée à vos besoins.
  • La post-formation vous donne de très nombreux outils pour accompagner vos élèves en cours collectifs et en cours individuels.
  • Vous apprenez à faire des bilans ayurvédiques en toute confiance et à prodiguer des conseils à vos élèves.

Programme de la post-formation | Prochaines dates

 

Aller plus loin (yoga en ligne):

Yogamrita Yoga chez Soi - PACKS ou direct

Retrouvez la pédagogie et les enseignements sur "Yogamrita Yoga chez Soi" avec de nombreuses propositions vidéos.


DIRECT ou REPLAY :

  • Abonnement aux cours mensuels en direct

EN LIGNE et DIFFERE :

  • NOUVEAU : PACK Mantras et Kirtans (3 modules),
  • PACK Yoga Intégral (7 modules),
  • PACK 5 Vayu (5 modules),
  • Modules à l'unité: Hatha Yoga, Pranayama, Hasta Mudra (gestes des mains), Yoga Nidra, Méditation, Mantra et Bija (chant), Satsang, …

Nombreuses vidéos de yoga pour essayer gratuitement.

 

Découvrir "Yogamrita Yoga chez Soi"

Yogamrita sur les réseaux sociaux

Franchement parlé, j’y suis d’abord allée à reculons (c'est Michèle qui s'occupe des pages Yogamrita sur les réseaux)… puis je me suis rendu compte qu’ils sont finalement un complément vivant à la Newsletter et au Blog.
Alors que Yogamrita est sur Facebook depuis des années, Yogamrita est désormais aussi sur Instagram… et c’est tout frais ! ….
Sans oublier la chaîne YouTube. Alors, n’hésitez pas à nous rendre visite et à nous suivre ;-)