Voici le lien vers un bel article de Gérard Duc, qui a été un de mes formateurs à Yoga7, Genève, à propos de la respiration:

Blog « Du côté de l’Orient et du Yoga », Gérard Duc >>

  • Gérard y explique que « la respiration relie tout d’abord aux lieux du corps »: « L’air envahit le noyau des cellules les plus infimes et pénètre le cœur de leur cœur pour nourrir leur « âme ». A chaque inspiration se ré-animent ainsi les milliards de petites flammes qui font de chacune de nos cellules un sanctuaire de vie et de notre corps un temple. »
  • Il poursuit en affirmant que « le souffle est le fil qui nous relie aux lieux extra-corporels ». Ainsi, « respirer dans le silence me permet d’entendre la musique du monde. »
Jeune femme qui respire devant la mer
  • La respiration est « le fil qui nous tisse ». « Comme la navette du métier à tisser qui va et vient sans cesse, le rythme qui préside à la vie du cosmos est de type binaire : contraction et expansion ».
  • La respiration est « le fil qui s’interrompt ». « La fin de l’inspiration est suivie d’un temps d’arrêt plus court que celui qui succède à l’expiration. Physiologiquement cela va de soi : à l’inspiration le diaphragme est en tension donc appelle le relâchement. » Gérard Duc explore ici les moments de pauses entre deux respirations…
  • … et enfin, la respiration est le « le fil qui nous relie au centre ». « Comme le corps, l’esprit est labyrinthique. Sa structure complexe peut être source d’égarement. A celui qui veut s’y retrouver il n’est pas d’alternative : se mettre en quête du centre. »

Bonne lecture de l’article dans sa version intégrale:
Blog « Du côté de l’Orient et du Yoga », Gérard Duc >>