Le temps maussade de cette fin d’année invite à plonger dans la lecture. Entre autre, en ce moment, je retrouve « The Yoga of Sound« , un livre de Russill Paul.

Harmonium - Yogamrita

Dans le premier chapitre, Russil  Paul note que l’humain souffre d’un déséquilibre car, dans notre société, l’œil (qui correspond au masculin) domine l’oreille (le féminin). Il est vrai que nous recevons énormément d’informations rationnelles sous forme visuelle.

Mais quelle que soit la source perceptive des informations reçues, notre esprit cherche alors à les analyser, les catégoriser.

Il se trouve que le cerveau droit se délecte d’expériences. Il voit/ressent le tout, contrairement au cerveau gauche, qui analyse et dissèque les parties…

Dans la société, tout ou presque, vise à développer le cerveau gauche, le cerveau masculin, rationnel, au détriment du cerveau droit, féminin, artistique et intuitif…

Russill Paul explique joliment que le cerveau gauche touche au « faire », alors que le cerveau droit touche à « l’être ».

La pensée rationnelle est linéaire… et de nos jours, il devient difficile de s’accorder une « vacance mentale », tant le mental est sollicité et tant l’environnement est changeant et rapide.

Or l’absence de vacance du mental ne peut se faire qu’au détriment du cerveau droit, obligé de se mettre en veilleuse. On réduit alors l’activité de ce dernier à son expression la plus rudimentaire: au manger, au sexe et au sommeil. Le cerveau droit « végète »…

Le Yoga est la cessation des activités mentales (référence aux Yoga Sutra de Patanjali).

Si l’on ralentit le flux rationnel de la pensée, le mental féminin peut alors fonctionner et équilibrer la vie.

  • Le cerveau gauche est gouverné par l’identification à l’ego (Ahamkar), le jugement et la motivation d’un résultat.
  • Le cerveau droit est gouverné par l’âme, engagée en vue de son propre salut, sans jugement.

Ainsi, le Yoga du Son (Bijas ou sons, Mantras, Bhajans ou chants sacrés), comme les autres pratiques du Yoga, apaise le mental et contribue à récupérer et à reconstruire l’énergie de l’âme.

 

Russill Paul

Quelques mots à propos de Russill Paul, l’auteur du livre « The Yoga of Sound« :

Il est né à Chennai dans le Tamil Nadu, dans une famille indienne chrétienne. Musicien depuis l’enfance, il a commencé à étudier les instruments à corde à l’âge de 4 ans, puis est devenu musicien professionnel avant ses 20 ans. En parallèle, il a développé un grand intérêt pour la spiritualité indienne depuis l’enfance.

En 1984, il concrétise son appel intérieur, en allant vivre auprès du moine bénédictin et yogi là-bas renommé, Dom Bede Griffiths, à Shantivanam, un monastère chrétien qui intègre la culture spirituelle et yogique de l’Inde. Il y reste presque 5 années dans ce monastère, en qualité de moine, et c’est là qu’il s’immerge dans la culture sacrée de l’Inde: étude du chant traditionnel Sanskrit, de la musique classique de l’Inde du Sud, le yoga, la méditation, la philosophie et la cosmologie. Parallèlement, il se rend dans des temples anciens pour apprendre le Sanskrit et la musique indienne.

De mémoire, il me semble que c’est au monastère qu’il a rencontré son épouse. Tous deux sont partis ensuite aux États-Unis où Russill enseigne ce qu’il a reçu. Il y est devenu un enseignant et un conférencier reconnu. Sur le plan musical, il poursuit sa carrière en Inde du Sud et aux États-Unis.