Je suis en train de préparer un article sur Ahimsa (la non-violence) et la relation aux autres. Mais aujourd’hui je manque de temps pour vous le publier. Alors, en attendant, voici ceci, qui touche au même thème.

Ahimsa dans la relation à l’autre, c’est aussi savoir désamorcer une agression. Marshall B. Rosenberg a écrit des livres intéressants à ce sujet. Ses travaux ont débouché sur de multiples applications.

Enfants tibétains réconciliés grâce à une femme adulte

Les convenances citadines, les situations professionnelles, administratives, pendant les déplacements, etc. sont telles que la violence est devenue quasiment invisible. Mais elle s’insinue subtilement sous des formes plus feutrées. Verbale, non verbale (langage du corps) ou même parfois silencieuse, la violence est bel et bien présente.

Voici quelques techniques proposées pour désamorcer une réaction violente, en cas d’agression verbale, toutes sont emplies d’Ahimsa:

«La baudruche»

ÉCOUTER la personne jusqu’au bout, sans l’interrompre. Lui laisser «vider son sac».
L’autre se vide de son trop-plein d’énergie, se décharge, se calme. Cela nous donne du temps pour nous calmer et réfléchir.

«Les besoins de l’autre»

Demander à l’autre quels sont ses besoins ou ses attentes par rapport à nous, ou à la situation problématique.
Il est utile de savoir ce que l’autre attend de nous mais il peut être encore plus utile de détecter si l’agression de l’autre n’est pas l’expression maladroite d’un besoin déguisée sous forme d’attaque.
Ex : «Qu’attendez-vous de moi?» ou «De quoi avez-vous besoin?» ou «Que puis-je faire pour vous?»

«D’accord, mais en partie»

Donner raison à l’interlocuteur sur un ou deux points (même mineurs) et indiquer notre désaccord sur les autres points.
Cela calmera l’autre et le mettra dans de meilleures dispositions pour discuter des points litigieux.
Ex: «Sur tel point, vous avez raison. Pour les autres points, j’aimerais en discuter.»

«Le silence du désert»

Une fois que l’autre a fini, le regarder droit dans les yeux et faire silence.
Le silence induit chez l’autre un vide qu’il remplira le plus souvent en reformulant sa remarque mais moins violemment car il aura déjà déchargé son agressivité avant.

Mandala de la Sagesse

En guise de réflexion, voici pour terminer une phrase de Jack Kornfield:

«Toute pratique spirituelle est affaire de relation:
relation avec nous-même, relation avec les autres,
relation avec les situations de l’existence.»