C’est aujourd’hui qu’a lieu Maha Shivaratri cette année, ou plus exactement ce sera soir…

Shiva - Rishikesh

Chaque année j’ai écrit un petit quelque chose sur cette fête et sur Shiva. Voir pour mémoire le texte de Shivaratri de 2011. Cette année, j’ai envie de réunir quelques informations sur Shiva en tant que déité hindoue, mais aussi approcher très succinctement son yantra (diagramme géométique), et enfin aborder la complémentarité Shakti-Shiva.

Shivaratri a lieu en fin d’hiver, juste avant le printemps. Cette période est haute en signification, si l’on sait ce que représente le dieu Shiva pour les hindous.

La fête de Maha Shivaratri symbolise bien une mort apparente, celle de la nature, qui n’est que le terreau d’une renaissance annoncée.

C’est l’image, aussi et avant tout, de la « mort symbolique », ou plus exactement de la « dé-construction » de l’adepte en cheminement spirituel, qui se lave de tous automatismes appris, concepts, préjugés, égoïsme, vanité, etc. pour finalement naître à la dimension de l’expérience mystique. Shiva est aussi le « seigneur des yogis »…

Historiquement, Shiva a évolué avec le temps:

« Shiva, primitivement vu dans le Védisme comme Rudra, le terrible, a gardé son ambivalence même sous son aspect bienveillant. Il reste un dieux redoutable, maître des animaux et de la nature, maître du temps et de la vie. Dieu de la danse, il symbolise le processus sans fin de destruction et de création du monde, le cycle des manifestations et des résorptions du cosmos et de la délivrance finale.  » [1]

Shiva signifie «le bon, le gentil, qui porte bonheur». Il est un des trois aspects de la Trimurti (divinité absolue et indifférenciée qui se fait triple pour présider aux différents états de l’univers manifesté).

Shiva est le dieu de la destruction des illusions et de l’ignorance. Il représente la destruction mais celle-ci a pour but la création d’un monde nouveau. L’emblème de Shiva est d’ailleurs le phallus ou lingam, symbole de la création. Il a les yeux mi-clos car il les ouvre lors de la création du monde et les ferme pour mettre fin à l’univers et amorcer un nouveau cycle.

Il est représenté avec un troisième œil au milieu du front, symbole de sagesse, et avec un cobra autour du cou. Il porte un trident (trisula) et tient un tambour à boules fouettantes (damaru). Il est assis sur une peau de tigre, symbole de l’énergie potentielle. Shiva représente en effet la source créatrice en sommeil. De sa chevelure, dans laquelle se trouve un croissant de Lune, symbole du cycle du temps, s’écoule le Gange, fleuve sacré de l’hindouisme. Sa monture est le taureau Nandi qui fait lui-même l’objet d’un culte. [3]

Symbolisme

Sivaratri, après la puja

« Parmi les attributs de Shiva, on trouve :

  • son chignon ─ jatâmukuta (jaṭāmukuṭa) ─ le siège de son pouvoir d’ascète,
  • le croissant de lune accroché à sa chevelure,
  • le troisième œil fermé car son regard détruit,
  • le cobra Kundalinî (kuṇḍalinī), l’énergie primordiale divine, comme collier. En sanskrit Kundalini signifie celle qui est entourée sur elle-même, d’où le symbole du serpent. Elle représente le principe féminin divin, Shiva étant le principe masculin.
  • une peau de tigre symbolisant sa maîtrise de la Nature.

Comme ascète mais aussi comme seigneur des lieux de crémation, il se couvre le corps de cendre. Shiva protège la terre de la force de Gangâ, le Gange (Gaṅgā) ; il calme l’ardeur de ses flots en les filtrant dans les boucles de ses cheveux. Il porte souvent une conque dans une main et possède un trident, symbole qui concentre, pour ses adorateurs, les pouvoirs de la trimûrti, c’est-à-dire création, perpétuation et destruction. » [3]

Visualisation ludique de quelques symboles liés aux représentations de Shiva >>

A propos du Shiva Nataraja, le danseur cosmique (pdf sur le site des 108 upanishads) >>

Shiva Yantra

Shriva Yantra

Les yantras sont des outils de visualisation. «yam» en sanskrit signifie «support» ou «tenir». Le yantra tient, ou contient l’essence d’une énergie, d’une pensée, d’un concept. «Tra» de «trana» signifie «libérer des liens».  Un yantra protège et libère. On traduit en général et plus simplement le mot «yantra» par «outil». La yantra est une construction géométrique, une association de symboles. Ainsi le yantra est aussi une onde de forme.

En tant qu’outil, il aide le chercheur à approfondir des concepts abstraits, qui vont au-delà du cadre habituel de la pensée. Par une pratique approfondie, le chercheur va progressivement passer de l’état normal de conscience, à des états modifiés de conscience.  Cela se passe par des visualisations sans cesse répétées : on dessine le yantra, forme après forme sur une feuille, puis on le dessine mentalement, inlassablement. On ajoute les couleurs, symboles, bijas (sons associés), … Petit à petit, le yogi dépasse les simples formes et entre dans la profondeur des représentations abstraites…

Le travail de méditation sur le yantra se fait systématiquement de la périphérie vers le centre. C’est d’ailleurs ce qui se passe toujours en yoga : nous travaillons le corps, le souffle, nous ramenons la conscience vers l’intérieur… Plus l’on se rapproche du centre, plus la vibration est élevée : le yogi s’approche de la conscience supérieure, ou divine.

Le carré extérieur est le siège du yantra, ses délimitations. Il représente la stabilité, mais aussi la matière, le monde phénoménal. Les 4 « T » au milieu des lignes du carré, mettent en évidence les 4 points cardinaux, que l’on nomme aussi « portails » du yantra.

Yantra de Shiva

Pour le reste, je donne une interprétation du yantra, selon ma compréhension actuelle des choses, assistée du livre de Harish Johari (en bibliographie) :
Les 3 cercles entourés de pétales de lotus pourraient représenter les 3 mondes (physique, astral, causal) de la manifestation ou les 3 états du temps (passé, présent, futur). Si quelqu’un peut préciser, il peut le faire en commentaire !

Chaque cercle comprend 8 pétales de lotus qui représentent les 8 éléments de la manifestation, soit: les 5 éléments (éther, air, feu, eau, terre), le mental, l’intellect et le sens du « je » (l’ego). Le lotus symbolise la pureté : il prend racine dans la boue mais sa fleur n’est pas souillée : elle est symbole de pureté. La conscience individuelle elle aussi croît dans la « boue » du Samsara (le cycle des morts et des renaissances), mais lorsqu’elle est purifiée, elle n’est plus attachée au monde qui l’entoure, elle n’est plus souillée par la boue des désirs et des attachements.
Au centre du yantra de Shiva on retrouve l’étoile à cinq branches. Le chiffre 5 représente beaucoup de choses dans la tradition indienne: les 5 éléments, les 5 sens, les 5 souffles (vayus), les cinq directions (les 4 points cardinaux et le zénith). Le mantra de Shiva comporte lui-même 5 syllabes: (Om) Namah Sivaya ; ainsi l’étoile à 5 branches le représente.

Dans son livre, Un et multiple, beau et riche d’informations,  Sarah Combe ajoute que Shiva « est adoré sous la forme des cinq éléments et sous l’aspect de Sadashiva à cinq visages. Sous cette forme appelée aussi Panchanana, il est le Dieu suprême et symbolise les cinq fonctions du divin. Les trois premières, la création, la préservation et la destruction sont celles des dieux de la Trimurti [Brahma, Vishnu et Shiva]. Les deux autres fonctions lui sont propres: le voilement et le dévoilement de la connaissance. »[2]

Shakti et Shiva

Shakti et Shiva

Shiva est l’époux de Shakti, la déesse-mère, qui symbolise l’énergie universelle, la Nature manifestée. Elle-même a plusieurs noms suivant la fonction qu’elle occupe (Parvati, Durga, Kali).

Shiva (masculin et conscience-témoin, non impliquée) et Shakti (féminine et Énergie pure, manifestée) sont des symboles forts pour yogis et tantrikas. Leur union, but ultime, signifie la dissolution de la dualité, dans l’expérience du Samadhi, l’Eveil spirituel…

Et pour illustrer cela et conclure, voici un poème de Swami Jnaneshvara Bharati :

The Secret of Shiva and Shakti

Shiva and Shakti are one and the same.

There is no place that He is not.
There is no place that She is not.
They are one and the same.

She is in every thing.
She is in every word.
She is all there is.

See Her in all things.
Hear Her in all sounds.
Know Her in all thoughts.
Feel Her in all feelings.
She is all there is.

She is the one in the three worlds.

Shiva and Shakti are one and the same.

That is the secret. [4]

Ceci donne en français, à peu près:

Le secret de Shiva et Shakti

Shiva et Shakti sont un et mêmes.

Il n’y a pas de lieu où l’Il ne soit.
Il n’y a pas de lieu où l’Elle ne soit.
Shiva et Shakti sont un et mêmes.

Elle est en tout.
Elle est en chaque mot.
Elle est tout ce qui est.

Vois-La en toutes choses.
Entends-La en tous sons.
Connais-La en toutes pensées.
Sens-La en tous sentiments.
Elle est tout ce qui est.

Elle est l’un dans les trois mondes.
Shiva et Shakti sont un et mêmes.

Cela est le secret.

Lecture complémentaire proposée: Les Shiva Sutras >>

Bibliographie et sources

  • [1 ] Notes sur « La pensée hindoue » de Gérard Duc
  • [2] Un et multiple, Sarah Comb, Dervy Editions, 2012
  • [3] http://fr.wikipedia.org/wiki/Shiva
  • [4 ] http://swamij.com/shiva-shakti-secret.htm
  • [5] Tools for Tantra, Harish Johari, Inner Traditions Bear and Company
  • Images du Sri Mahamrityunjaya Shiva Yantra: http://www.satyamani.org et http://www.liveindia.com/parad/sriyantra.html
  • Image Shakti et Shiva: http://www.tantricfire.net/may09.htm.