Aspirer à mieux se connaître… Comprendre l’essence de l’Être… Voilà qui fait partie du chemin yogique.

Les Upanishad, plus précisément la Taittirya Upanishad, et le Vedanta, avec le Viveka Chudamani de Sri Shankaracharya, nous donnent un éclairage intéressant: celui des 5 Kosha ou enveloppes qui recouvrent la nature profonde de l’Être ou le Soi.

Mandala vert

La lanterne cachée

5 kosha - lanterne - Ashtangasana

Pour comprendre cette approche, voici tout d’abord l’image de la lanterne:

Une pièce est dans le noir le plus total. L’observateur ne peut y voir que l’obscurité. Dans cette pièce, il y a pourtant une lanterne, mais elle est recouverte de cinq épais voiles superposés (les Kosha), qui ne laissent pas passer sa lumière…

L’Homme ignore qu’en son centre le plus secret, brille la lumière de l’Atman (le Soi), car ni les sens physiques, ni le mental, ni l’intellect, ne lui permettent de voir, ni d’être conscient, de sa propre lumière…

Au contraire: corps, mental et intellect poussent l’Homme à se projeter dans le monde matériel et à s’identifier au corps, à ses émotions, pensées, jugements personnels et actions.

Lorsque les voiles épais sont retirés, un à un, la pièce est instantanément illuminée par la lanterne… L’Homme expérimente sa Nature véritable, le Soi…

Cette expérience totale est rare et ineffable. Mais la pratique du yoga, en conscience, nous fait toucher à des bribes de cela…

Redécouvrir le Soi, en enlevant les voiles épais qui le recouvrent – en faire l’expérience directe – , c’est la proposition et le pari un peu fou des yogi.

Quoiqu’il en soit, chacun allant à son rythme sur le chemin, c’est une voie qui s’ouvre vers une transformation remarquable. Elle nécessite de s’investir dans un réel et profond travail sur soi.

Mandala bleu

Le 3 corps et les 5 enveloppes

L’être humain s’identifie au corps physique, qu’il peut percevoir et toucher, et à son individualité, « Ahamkara », le sentiment du « Je » ou ego.

Cette perception est restrictive. La tradition indienne offre une explication plus complète que voici.

L’homme se compose, non pas d’un, mais de trois Sharîra (corps), eux-mêmes composés des cinq Kosha. L’âme incarnée, le Jîvâtman, interagit constamment avec les cinq Kosha.

Ainsi, par exemple, l’Homme vivant ne perçoit pas vraiment qu’il est mu par la force de vie, qui met son corps et sa physiologie en mouvement. Par contre, il prête beaucoup d’attention aux perceptions, émanent de ses 5 sens, et à ses actions. Perceptions et actions engendrent des émotions, des pensées et des jugements personnels… La perception de soi chez l’Homme est tronquée et donc erronée.

Voici les cinq Kosha:

5 Kosha

1/ Le Corps physique: Sthula Sharira

Comprend la structure physique inanimée:

Il est composé d’un seul Kosha:

  • Annamayakosha, l’ « enveloppe de nourriture ».

2/ Le Corps subtil: Sukshma Sharira

Il est composé de 3 Kosha:

  • Pranamayakosha, l’ « enveloppe d’énergie vitale »,
  • Manomayakosha, l’ « enveloppe mentale et émotionnelle »,
  • Vijnanamayakosha, l’ « enveloppe intellectuelle » .

Le corps subtil comprend l’énergie de vie qui anime le corps, Prana, les 5 sens de perception, la pensée qui interprète les perceptions, les réactions et émotions.

3/ Le Corps causal: Karana Sharira

Il est composé d’un seul Kosha:

  • Anandamayakosha, l’ « enveloppe de félicité ».

Il contient le désir de vivre l’incarnation, c’est la graine, la cause originelle.

Mandala violet

Sri Shankaracharya parle des 5 Kosha

Dans le Viveka Cudamani, « le plus beau fleuron de la discrimination », Shankara explique:

149. «Sous le recouvrement des cinq gaines, produites par Son propre pouvoir, le Soi disparaît aux regards, Comme l’eau d’un bassin sous la couche, chaque jour plus épaisse, des algues et des mousses».

150. «Il suffit d’écarter ces algues et ces mousses, et l’eau du bassin, claire et limpide, s’offre librement à l’homme altéré; Aux tortures de la soif succède instantanément une délicieuse sensation de bien-être».

151. «Rejette donc ces cinq gaines! Et le Soi t’apparaîtra dans toute sa pureté – Ce Soi qui est Félicité éternelle – Félicité sans mélange – ce Soi suprême qui brille de son propre éclat au dedans de chaque être».

152. «Pour s’affranchir de toute sujétion, l’homme sage doit discerner le Soi et le non-Soi; c’est par la discrimination seule qu’il reconnaîtra son propre Soi en tant que «sac–cid–ananda», et qu’il goûtera le vrai bonheur».

Mandala en encre bleue

Kosha et pratique du yoga

La prise de conscience des différents corps et Kosha (enveloppes) n’a rien à voir avec la dichotomie corps et esprit ; ici, il s’agit d’intégrer et non d’opposer:

Kosha et poupées russes

« Imaginez des poupées russes imbriquées les unes dans les autres. Les Koshas sont comme ces poupées, seulement, elles s’interpénètrent et s’affectent l’une l’autre. Il y a des mécanismes qui nous maintiennent séparés du divin, dans le fait même d’avoir une expérience humaine…

Dans ce système, le centre est identique au Divin, à Dieu, Brahman, au Tout Qui Est, au Grand Esprit, à Allah ou à tout nom que vous souhaitez appliquer à l’ineffable et suprême Êtreté. Nos Koshas—aussi merveilleux soient-ils —nous éloignent de l’expérience de notre centre, et, en cela, ils nous conduisent à la souffrance. Nous « voyons au travers d’un morceau de verre sombre » à cause du pouvoir de distraction et trompeur (illusoire) des Koshas. Non seulement cela, mais chaque Kosha, avec le temps, développe ses propres distorsions, conduisant au mal-être et aux maladies de toutes sortes. Ce processus est naturel, sachant que tout, dans l’univers manifesté, est sujet à l’entropie et au délabrement. C’est aussi une clé immense pour notre guérison! »

Susan Pease Banitt, The Trauma Tool Kit © 2012 p 79

La théorie des 3 Kosha (enveloppes) et des 3 Sharîra (corps) éclaire le fonctionnement subtil des techniques du Yoga. Les Kosha sont intimement reliés et interagissent, suscitant des changements permanents.

L’ensemble des techniques classiques proposées en Hatha Yoga sont d’une efficacité remarquable, car elles agissent simultanément sur plusieurs Kosha. La pratique régulière induit l’harmonisation du corps, des énergies et des plans subtils.

C’est un thème qui me tient à cœur… et si le temps me le permet, j’essaierai dans les semaines qui viennent de compléter cet article, car je suis justement en train de préparer le stage d’avril sur les cinq Kosha…

Mandala rouge

Stage de yoga sur le thème des 5 Kosha

Stage de Yoga Sadhana: les cinq enveloppes ou Kosha et connaissance de soi/Soi

du dimanche 28 avril (19h) au jeudi 2 mai (16h) 2019
au Hameau de l’Etoile, Saint-Martin-de-Londres (Hérault)
avec Michèle Lefèvre

Stage de yoga - 5 Kosha

La Yoga Sadhana est une pratique intensive: Méditation et pratique des Hasta Mudra (gestes des mains), Asana (postures) et Pranayama (respirations), Satsang (étude des textes, entretiens spirituels et chant).

Pratique du yoga et étude des 5 Kosha

Les cinq Kosha seront étudiés en profondeur.

La thématique des cours de yoga reprendra successivement les 5 Kosha:

  • Annamayakosha, l’enveloppe physique
  • Pranamayakosha, l’enveloppe d’énergie
  • Manomayakosha, l’enveloppe mentale et émotionnelle
  • Vijnanamayakosha, l’enveloppe intellectuelle
  • Anandamayakosha, l’enveloppe de félicité

Chaque cours de yoga alliera Asana (pratique posturale), Pranayama, Mudra du corps et des mains, chant de Bija, Mantra ou Bhajan, lecture inspirante ou enseignement en fin de cours. Les Asana seront préparés et approfondis, de façon précise, sur les plans physique – musculaire, articulaire et des fascias -, le souffle, les Bandha, les concentrations.

Ainsi, l’étude sera enrichie par l’expérience de la pratique… et je ne résiste pas à terminer avec cette diapo qui je place souvent à la fin des présentations théoriques.