Voici la suite du texte d’Eugénie (blog Yogasatya). Eugénie (blog Yogasatya) est l’une des 16 professeurs en formation chez Yogamrita. L’article comporte une première partie à lire ici>> Je suis heureuse d’avoir donné la main à Eugénie, car ses articles complètent largement la série d’articles que j’avais écrits moi-même sur la Bhagavad Gita.

mandala encre bleue

La sagesse du Mahabharata

 

Le Mahâ-Bhârata n’est pas simplement une épopée composée de faits d’armes extraordinaires ; c’est aussi une source de sagesse et d’enseignements pour qui veut approfondir la philosophie du yoga et avancer dans le chemin du questionnement de soi.

 

Nous avons vu dans un article précédent le contexte, l’origine et la trame du Mahabharata. Mais nous avons aussi parlé de son sens caché et de la nécessité de méditer ses enseignements…

Mahabharata Arjuna Krishna
Arjuna et Krishna avant le bataille de Kurukshetra

 

Pandava et Kaurava, Dharma et Adharma

Le récit est en effet hautement symbolique et ce combat entre deux familles est aussi celui qui oppose les forces du Dharma, de l’accomplissement harmonieux (représenté par les Pandava), et celles de l’Adharma caractérisé par la violence, l’injustice et le chaos (représenté par les Kauravas).

Le Mahabharata a lieu à la fin de l’âge de bronze (Dvapara Yuga), à un moment où la loi universelle transmise par les Veda et où le devoir de chacun est en perte de vitesse au profit de l’Adharma – c’est-à-dire le non-respect du Dharma, l’injustice, le chaos. La mort de Krishna à la fin de l’ouvrage marque un pas de plus vers l’instabilité du monde puisqu’elle symbolise le début de l’âge de fer (Kali Yuga – c’est l’âge dans lequel nous sommes) quatrième et dernier âge de l’humanité, marqué par l’ignorance et le vice.

 

Mahabharata Dharma
Le Dharma est souvent représenté par une roue, symbole de l’harmonie, de la perfection et de l’accomplissement.

 

Le Mahabharata ou comment fonder une nouvelle vision du monde

L’universalisme en fait un texte de référence pour qui a une recherche spirituelle. Le Mahabharata pose en effet les principes permettant de répondre aux questions relatives à notre vie intérieure, à notre destin personnel, à notre relation au monde, aux autres et à nous-mêmes. Lire – et méditer – cet ouvrage, c’est comprendre entre autres que même si le bien-être individuel est déterminé par les conditions de vie, le bonheur, lui, dépend de notre perspective et de l’attitude avec laquelle nous menons notre existence.

 

Le Mahabharata ou l’idéal de l’action

La vie, comme l’épopée est une alternance de trois états – création, préservation, destruction – qui sont indissociables de l’activité incessante de la Nature. « Dans ce contexte, explique Swami Chinmayananda, l’important est de faire le mieux possible ce qui nous incombe en ce monde, sans nous y dérober. L’action menée avec l’attitude juste, éclairée par la connaissance, inspirée par l’amour, est le lieu où l’unité de la vie peut être réalisée grâce à la perception de l’Existence éternelle, substratum de ce qui est en devenir, flux des événements, des noms et des formes. «

Mahabharata Arjuna
Arjuna incarne l’idéal de l’action juste après avoir compris qu’il faut agir en connaissance de soi et sans penser aux fruits de ses actes.

 

Le Mahabharata et l’intériorité : un pas vers la connaissance de soi

Pour pouvoir mener une action « juste », c’est-à-dire une action « menée avec l’attitude juste » et « éclairée par la connaissance », il faut acquérir cette connaissance. Et c’est justement ce vers quoi nous guide le Mahabharata. L’ouvrage est en effet révolutionnaire dans la mesure où il introduit la conscience morale et souligne l’importance de se connaître soi-même pour agir de façon correcte.

Auparavant, dans le milieu hindou ou brahmanique, la valeur morale d’un acte dépendait de son adéquation aux règles formelles d’un rite ou de son adéquation à telle ou telle règle sociale. Avec le Mahabharata, c’est l’intention qui prévaut. Autrement dit, la valeur d’une action n’est plus déterminée en fonction de règles extérieures établies selon le statut de chacun et selon les traditions, mais selon l’intention et la conscience morale de celui qui agit. L’intériorité des êtres passe au premier plan.

Une nouvelle voie de salut s’ouvre alors, marquée par cette dimension de l’intériorité et par le fait que l’activité extra-rituelle peut elle aussi participer à l’ordre du monde. Les Brahmanes n’ont plus le monopole de l’action parfaite, du rite qui organise la vie quotidienne, fait fonctionner l’univers et permet aux hommes d’atteindre leurs buts légitimes (richesse, descendance, ascension post mortem…).

Le Mahabharata ouvre de nouvelles perspectives, c’est toute une vision de l’homme, de sa place dans l’Univers et de son rapport au divin qui se déploie jusqu’à éclipser l’intrigue principale.

 

Krishna Arjuna mahabharat
Krishna conducteur de char et Arjuna l’archer conduits par les chevaux des sens qui doivent être maîtrisés pour que le char avance correctement

 

Le texte propose un enseignement capable de refonder une vision du monde, de poser les bases de l’action juste et « donne la connaissance permettant d’éradiquer la racine du problème, c’est-à-dire l’ignorance du Soi, qui est la cause de toutes les crises d’identité et de toutes les confusions.«

mahabharata

 

Pour qui est en recherche, le Mahabharata reste donc un ouvrage fondamental. Sa lecture – et surtout son interprétation – peuvent sembler être une tâche titanesque, mais il en existe des versions abrégées, des versions commentées et même des films ou des séries télé. La transmission à voie haute, comme cela se fait traditionnellement en Inde reste un moyen privilégié pour approcher le texte, mais l’opportunité se présente rarement dans nos pays…

Texte d’Eugénie Mathis

mandala encre bleue

Stage « Yoga intégral et Mahabharata »
avec Sarva Atma et Michèle Lefèvre

Stage de Yoga intégral & étude du Mahabharata avec Sarva Atma et Michèle Lefèvre

Le stage « Yoga intégral et Mahabharata » aura lieu:

du samedi 5 (18h) au jeudi 10 août (16h) 2017
au Hameau de l’Etoile, Saint-Martin-de-Londres (Hérault, à proximité de Montpellier)
avec Sarva Atma et Michèle Lefèvre

Ce stage offre l’opportunité d’une véritable immersion dans la pratique du yoga intégral et dans l’étude de la philosophie indienne et du plus grand poème épique jamais rédigé. Le Mahabharata s’adresse à chacun, car il est l’histoire de la bataille intérieure qui se produit, en chaque individu cherchant à aller vers le meilleur de soi. Nous illustrerons chaque partie de note étude avec des extraits du film de Peter Brook, le Mahabharata. Puis, nous recevrons les enseignements lumineux et passionnants de Sarva Atma à propos du Mahabharata…

Les cours de yoga sur le thème des « 9 émotions de base »

La thématique des cours de yoga reprendra les Nava Rasa, les 9 émotions ou états de base décrits dans la tradition indienne, un thème très en lien avec le contenu du Mahabharata, qui est une exploration de toutes les facettes de notre vécu.

Dans notre humanité, nous expérimentons tous, à des niveaux différents, chacun des neufs Rasas. En tant qu’individu, nous avons développé des affinités avec tel ou tel Rasa, et une humeur, un état intérieur, a tendance à se manifester plus souvent que les autres. Quoiqu’il en soit, ceux-ci ont en commun leur impermanence: un Rasa vient, s’exprime, puis laisse la place à un autre état intérieur… Le yoga nous permet d’observer ce phénomène avec bienveillance et sans se laisser totalement absorber par lui. Ainsi émerge une certaine sérénité, celle du témoin conscient que l’on nomme le « Drashtar », « celui qui voit ».

Les 9 états intérieurs (Nava Rasa) sont:

  • Amour
  • Joie
  • Émerveillement
  • Courage
  • Calme
  • Colère
  • Tristesse
  • Peur
  • Dégoût

La pratique de yoga intégral comporte des postures (Asanas), des Mudras (gestes) et Hasta Mudras (gestes des mains), des techniques de respirations (Pranayama), de la relaxation (Nidra),  des techniques de concentration, de la méditation (Dharana et Dhyana), du chant (yoga du son, Nada Yoga ou Mantra Yoga), un enseignement du yoga.

Namaste,

Michèle

 


 

Bibliographie :
– Le Mahabharata ; Jean-Claude Carrière, éd. Albin Michel 2008. (oeuvre mise en théâtre, idéal pour une première approche)
– Le Mahabharata, un récit fondateur du brahmanisme et son interprétation ; Madeleine Biardeau, T1 et 2, éd. du Seuil 2002 (édition scientifique commentée).

– La Bhagavad Gita ; traduite et présentée par Michel Hulin, éd. Points, coll. Sagesses 2010.

Citations issues de : La Bhagavad Gita ; commentaire du texte intégral par Swami Chinmayananda, éd. Guy Trédaniel 2015 (p.6-7)