Le soleil a fait son apparition avec les beaux jours, puis les premiers bourgeons ont éclos. L’arrivée du printemps est comme une invitation aux purifications intérieures, sous forme du cures ou de petits changements au quotidien pour se sentir en forme et plein d’énergie…

Anti Ama - Violettes et pissenlit

Le moment est venu de parler de l’Ama, un concept important en Ayurveda.

Ama, les toxines résultant de la digestion

Au cours de la digestion, les nutriments sont assimilés et les substances inutiles sont éliminées par voies naturelles. Les substances incomplètement digérées, qui ne sont pas assimilées mais qui demeurent dans l’organisme (dans les tissus et organes), sont nommées « Ama ». Ce sont des résidus toxiques de la digestion dont l’organisme ne parvient pas à se débarrasser.

Atreya Smith précise que le mot Ama vient de la racine sanskrit « Am » qui signifie « faire du mal » ou « affaiblir » [2].

Les causes de la formation d’Ama

Il peut y avoir plusieurs raisons à cet état de fait :

La première, c’est que le feu digestif est trop faible (Mandagni) pour digérer ces substances. D’ailleurs, en Ayurveda on nomme les résidus d’Ama « toxines crues », pour signifier que le feu digestif «Agni» les a réduites de façon insuffisante.

La seconde, c’est une nourriture inadaptée, que ce soit par sa qualité, sa quantité, les combinaisons des aliments qui sont inadaptées à la personne. Si la nourriture est « toxique » (industrielle, raffinée, etc.) , il y a de fortes chances de générer de l’Ama… à moins de posséder un feu digestif exceptionnel! [6]

Il existe encore d’autres explications à l’accumulation d’Ama. Citons en une qui a toute son importance :

Manger trop vite, sans mâcher correctement les aliments.
La première phase de la digestion commence dans la bouche où sont prédigérés les amidons grâce à l’amylase. La nourriture est broyée par les dents et mélangée à la salive. Elle constitue dès lors le « bol alimentaire ». Ce mélange liquide va faciliter la suite de la digestion : la division des aliments en nutriments, puis l’absorption des nutriments par l’intestin grêle. Si l’on avale sans mâcher correctement, Jathargni, le feu digestif, va être fortement sollicité, non seulement pour effectuer le travail qui est le sien, mais aussi  celui qui aurait dû être effectué dans la bouche. Il peut se révéler insuffisant, ou s’épuiser avec le temps.

En résumé, Le corps accumule des toxines selon sa capacité de digestion et d’élimination des déchets, mais aussi selon l’alimentation reçue.

Et donc, une personne qui a un faible pouvoir digestif va créer beaucoup d’Ama, même sans faire d’excès alimentaires.

Les conséquences de l’accumulation d’Ama

Le Jiva Institute explique que ces résidus de digestion peuvent ensuite s’accumuler, stagner, fermenter et causer des maladies. L’accumulation d’Ama est la première forme de manifestation de la maladie dans le corps. C’est pourquoi, contrôler la production d’Ama est un point critique pour maintenir la santé. [1]

En termes ayurvédiques, on dit que les toxines s’accumulent dans les tissus vitaux (Dhatus) et les polluent. Ainsi elles obstruent les canaux de circulation des énergies et aliments (Shrotas).

Le style de vie actuel, sédentaire, et stressant, conduit à des habitudes alimentaires inappropriées et à des troubles digestifs chroniques. La formation d’Ama se fait progressivement, au fil du temps. C’est un encrassement sournois de l’organisme que l’on ne détecte pas toujours, car nous nous adaptons aux petits maux du corps et de l’esprit. Ce n’est qu’à un stade avancé d’intoxication, que l’Ama va se manifester sous la forme d’une maladie plus sérieuse, en perturbant les fonctions naturelles du corps.

Détecter l’accumulation d’Ama

Comment savoir si j’ai accumulé de l’Ama?

Voici plusieurs signes ou symptômes de l’accumulation d’Ama auxquels il faudrait prêter attention:

  • la langue est recouverte d’un enduit blanc, brun ou jaune
  • somnolence après un repas
  • paresse, état de faiblesse
  • dépression, irritabilité
  • fièvre légère
  • douleurs dans le corps ou dans les jambes
  • on se sent fatigué toute la journée, même après une bonne nuit de sommeil
  • perte d’appétit
  • compulsion pour des aliments qui ne sont pas toujours bons pour soi
  • manque d’enthousiasme et de motivation
  • lourdeur d’esprit, sensation d’être déconnecté du réel
  • lourdeur digestive
  • constipation ou diarrhée
  • coloration jaunâtre des selles, de l’urine, des ongles, des dents et du blanc des yeux
  • coloration sombre ou rougeâtre des mêmes éléments (par exemple, les selles « noires »)
  • peu d’urine (en quantité)
  • formation de gaz
  • présence de mucus dans les selles
  • transpiration malodorante (et excessive)
  • peau et yeux ternes
  • maux de tête,
  • vertiges fréquents
  • douleurs dans le dos, dans les os et les articulations
  • œdème occasionnel (par exemple, chevilles gonflées)
  • diminution du sens gustatif [5] et [6].

Mandala de la Sagesse

Comment évacuer l’Ama ?

Il n’existe pas de circuit d’évacuation propre à l’Ama. Mais heureusement, l’Ayurveda propose des solutions pour détoxifier le corps et empêcher l’accumulation d’Ama.

Les techniques telles que le Pancha Karma (cure ayurvédique approfondie comprenant 5 actions ou soins) permettent d’éliminer l’Ama et de stabiliser les Doshas.

Un régime alimentaire approprié et des habitudes de vie saines (routine ayurvédique) et des plantes médicinales renforceront le feu digestif, réduiront la formation d’Ama et nettoieront les Shrotas (canaux) du corps. Le feu digestif fonctionnera alors mieux et préviendra ainsi de la formation d’Ama. [5]

Éviter la formation d’Ama

Voici quelques conseils pour mettre en place une alimentation équilibrée et une routine de vie saine, qui vous entretenir un bon Agni et minimiser la production d’Ama:

  • Augmenter la proportion de légumes frais et bio.
  • Prendre des jus de fruits frais.
  • Consommer des céréales complètes telles que l’orge, l’amarante, le millet et le riz, ainsi que des protéines faciles à digérer, telles que les lentilles en soupe (Dahl)
  • Augmenter la prise de légumes cuits à la vapeur, d’aliments amers (les légumes et les fines herbes par exemple sont considérés comme amers), les soupes de légumes, les jus de légumes et de fruits, ainsi que le babeurre.
  • Eviter les aliments frits, les aliments lourds tels que le fromage fermenté, la viande, les desserts riches et les autres aliments difficiles à digérer.
  • Eviter de manger ou de boire froid.
  • Boire de l’eau chaude tout au long de la journée est une bonne façon d’éliminer l’Ama.
  • Ne pas grignoter entre les repas, sauf en cas de vraie faim. Attendre que le précédent repas ait été digéré.
  • Pour cuisine, utiliser des épices telles que le curcuma, le cumin l’asafoetida, et la coriandre, car elles soutiennent la digestion.
  • Le jeûne occasionnel (une fois tous les 15 jours) contribue à maintenir un système digestif fort. Pendant les jours de jeûne, prendre des fruits et de la soupe de légume légère ; boire des jus et de l’eau pour nettoyer le système.
  • Se coucher avant 22h, soit avant que les heures Pitta ne commencent. Si l’on reste debout pendant les heures Pitta (de 22h à 2h du matin), il est probable que d’avoir faim vers minuit et d’avoir envie de manger, ce qui nuira au processus digestif et favorisera la création d’Ama.
  • Se lever tôt (le Dr P. Chauhan conseille de se lever avant 6h). En effet, dormir pendant les heures Kapha (de 6h à 10h) obstrue les canaux (Shrotas) d’Ama et procure la sensation de fatigue.
  • Manger les trois repas à heures régulières. Si le corps s’habitue à une routine régulière, le système digestif sera plus efficace.
  • Faire de l’exercice quotidiennement stimule la digestion et aide à éliminer les toxines.
  • Pratiquer le Yoga (Asanas et Pranayama). [5]
  • Ne pas retenir les besoins naturels du corps (ne pas attendre pour aller à selle, uriner).
  • Bien respirer (la respiration est souvent trop superficielle et le corps est mal oxygéné).
  • Organiser sa vie de sorte à limiter les facteurs de stress.

Mandala de la Sagesse

Le Dr. Partap Chauhan recommande la prise d’ « anti Ama » après les deux repas principaux.

Poudre anti Ama

Voici sa recette :

Recette «Anti Ama»

Ingrédients (pour une tasse)

–    10 gr de cumin en poudre
–    10 gr de coriandre en poudre
–    10 gr de gingembre en poudre
–    20 gr de feuilles de menthe séchée émiettée
–    20 gr de fenouil en poudre

Mixer. Éviter d’échauffer la poudre. Conserver dans un bocal en verre.

5 ou 10 min  après le déjeuner et le dîner, prendre 1 c. à c. et mélanger à un peu d’eau chaude (pas brûlante!)

Aucune contre-indication. L’anti Ama va permettre d’éliminer les toxines, surtout celles stockées dans le côlon.

En vous souhaitant un excellent printemps!
Namaste

Mandala de la Sagesse

Lectures conseillées

La lecture de l’un de ces trois livres de référence vous donnera une bonne vue d’ensemble de l’approche ayurvédique :

[1] Ayurveda, l’équilibre de la vie, Partap Chauhan, le Courrier du Livre, 25 mai 2009
[2] Anatomie et physiologie Ayurvédiques, Vaidya Atreya Smith, EIVS Gmbh, 2014
[3] Ayurveda : science de guérison, Dr Vasant Lad, éditions Guy Trédaniel, 2014

Moins classique:

[4] La Bible du de l’Ayurveda d’Anne McIntyre, éditions Guy Trédaniel, 2012

est un livre illustré étonnamment bien fait. En 400 pages il passe en revue tous les concepts clés de l’Ayurveda et donne des conseils.

Mandala de la Sagesse

Bibliographie complémentaire à la rédaction de cet article

[5] http://www.jiva.com/articles/attack-ama-before-it-attacks-your-body/
[6] http://www.rester-en-bonne-sante.com/ama.html
Notes personnelles de cours (Formation avec le Jiva Institute et avec Serve Aubry)

A propos du Dr Partap Chauhan

Cette vidéo « L’ayurveda, art de santé du futur : Dr Partap Chauhan », sur le site de l’Association Terre du Ciel, permet de découvrir ce médecin ayurvédique charismatique et excellent pédagogue.