L’aspiration au bonheur d’être, d’exister, est sans doute le point commun et intime à toute l’humanité. Mais rares sont les humains qui le vivent durablement. 

Barque à Vrindavan, après Aarati

Atteindre l’état de bonheur implique, en principe, un changement radical en soi: un changement de conception, de vision des choses.
Et tout changement débute par la prise de conscience de ce qui ne va pas, en soi. C’est ce qui souffre et nourrit une insatisfaction qu’il faudra identifier.

L’état heureux est un état détendu et ouvert. C’est un état qui ressemble au mot « OUI » :

Le OUI à ce qui se présente, quoi qu’il en soit.
Le OUI à la Vie telle qu’elle se manifeste, car, fondamentalement, chaque évènement, chaque épreuve est un cadeau permettant d’avancer.

Que me dit  mon être aujourd’hui, dans son intimité la plus profonde?

Est-ce un grand OUI à la vie, telle qu’elle se présente ?
Ou un NON, devenu barricade face à l’existence?

Le NON est un réflexe de la peur.

La prise de conscience de l’insatisfaction existentielle est le point de départ. C’est le point de départ nécessaire pour faire naître et grandir toute « volonté vraie » de changement.

Ensuite, il se trouve que tout changement est perturbant… Il chamboule les réflexes, les habitudes et les convictions, …

Changer remet en question. C’est lâcher une partie de ce à quoi l’on s’est identifié, jusqu’ici. C’est donc lâcher une partie de soi (ou de ce que l’on pense être soi) pour être, autrement…

C’est, en sorte, une métamorphose.

Papillon bureau

S’alléger pour être heureux

Tant de sages l’on dit: l’état de bonheur absolu, la félicité, réside déjà secrètement en chaque être, dans sa nature véritable, que l’on nomme Atman ou Soi, en yoga. La félicité absolue est secrète et intérieure. Elle réside dans le bonheur de la méditation et de l’en-stase (Samadhi).

L’état de bonheur relatif, est un état d’être dans la vie. C’est un mode de relation à soi, à l’autre et au monde. Les sages expliquent que, pour être heureux, il ne s’agit pas tout à fait de changer, puisque le bonheur réside au fond de la nature véritable de l’Homme. Il s’agit plutôt de s’alléger, de se libérer des choses inutiles, de dégager les scories qui voilent un état heureux préexistant.

La transformation intérieure la plus profonde, la plus radicale, est donc finalement une DE-CONSTRUCTION. L’apprenti au bonheur déconstruit progressivement nombre de concepts, ou projections mentales, tels que:

les préjugés, le jugement, le fait de tout ramener à sa propre expérience, l’égocentrisme, le pessimisme, le  sentiment de manquer, le pessimisme, l’idée de séparation, …

Cette déconstruction diminue grandement l’identification à l’égo, et par ricochet la souffrance. Elle dissout beaucoup de choses, notamment les attentes, les peurs et les tensions.
Elle ouvre ensuite l’horizon des possibles: l’Univers se fait plus grand, plus généreux.

Vivre heureux… sacré programme… souvent celui de toute une vie.  Le chemin nous appartient!
Et sur le chemin, il y a des rencontres, il y a des lectures, qui inspirent et donnent l’énergie sur cette voie…

A la base cette réflexion devait servir essentiellement d’introduction à deux citations que j’ai aimées et que j’avais envie de partager.

Les voici donc:

Mandala de la Sagesse

Dis-moi prisonnier…

« Dis-moi, prisonnier, qui forgea tes chaînes avec tant de soin? »
« Je suis celui qui les forgea si bien » répondit le prisonnier. »
« Je pensais que ma puissance invisible tiendrait le monde à ma merci, tout en me laissant une entière liberté.
C’est ainsi que, jour et nuit, impitoyablement et avec fièvre, je travaillais à ces chaînes.
L’ouvrage accompli, tous les maillons parfaits et incassables,
je compris que c’était les chaînes qui me tenaient en leur pouvoir. »

Rabindra Nath Tagore

 escargot_assiette_herbe

La vie heureuse

Voyez toujours dans chaque être humain le bien
Jetez le négatif du passé loin derrière vous

Vivez tout entier dans le présent
et faites-en ce que vous pouvez de mieux

De l’avenir, attendez le meilleur
et demeurez en contact permanent
avec la conscience cosmique

Alors la vie ne peut être qu’heureuse
et pleine de sens.

Gertrud Hirschi*

Les Mudras, le Yoga au bout des doigts, Le Courrier du Livre, Gertrud Hirschi