Sadhana est ce mot sanskrit qui signifie «moyens d’accomplissement» ou «pratique du yoga»…

La Sadhana du Yoga et les quatre Marga ou voies du Yoga

Sadhana est la pratique régulière ou discipline du yoga. La Sadhana est un concept millénaire et toujours d’actualité. S’il nous vient de la culture indienne, il est cependant et indubitablement universel.

La Sadhana varie d’une personne à l’autre.

Dans la tradition du Gurukula, celle de l’enseignement oral de maître à disciple, telle que l’on peut se la représenter il y a plusieurs siècles ou encore aujourd’hui dans des endroits reculés des Himalaya par exemple, la Sadhana est dictée par le maître à son élève, qui est le Sadhak (celui qui pratique la Sadhana, celui qui est en cheminement).

Dans ce cas, le plus souvent, la Sadhana est fonction des prédispositions et des tendances naturelles de l’élève. La maître observe et adapte au fil du temps. Dans cette tradition, il est dit que l’élève accompli reste au service de son maître pendant 12 ans.

La Sadhana, cela peut être toute pratique mentionnée notamment dans les Yoga Sutra de Patanjali: les 8 membres ou piliers du yoga sont autant de facettes de la Sadhana. Perfectionner un Yama (tel Ahimsa dont il a été question récemment) ou un Niyama pendant une vie, peut aussi être une Sadhana complète.

La Sadhana varie aussi selon le «Marga», la voie choisie par le Sadhak. Il existe en effet différentes voies du yoga. Les Margas tiennent compte des aspects psychologiques et des prédispositions de la personne.

La Sadhana des différentes voies du Yoga

Voici quelques exemples de Sadhanas associées à quelques Margas:

Raja Yoga Marga et Hatha Yoga

Raja Yoga, la voie de la maîtrise du mental, est le yoga de Patanjali: Yama (restrictions), Niyama (observances), Asana (postures), Pranayama (respiration), retrait des sens, concentration et méditation sont les principales pratiques. A l’époque de Patanjali, l’essentiel de la pratique demeurait sans doute la méditation.

Le Hatha Yoga (le plus connu en occident) est un Yoga tantrique, inspiré du Raja Yoga. Il met plus l’accent sur la réalisation possible par un travail sur le corps. Les asanas, pranayama, mudras, bandhas ont alors une place privilégiée. Le Tantra Yogi peut pratiquer des heures durant ce type de sadhana.

Bhakti Yoga Marga

Le Bhakti Yoga, très répandu en Inde, est le yoga de la dévotion. Les Bhaktas chantent des chants sacrés, récitent des prières, des mantras, ils pratiquent des cérémonies rituelles comme les pujas et les yajna. Certains d’entre eux répètent leur mantra (formule sacrée) toute la journée, dans un esprit de dévotion … Le Bhakta prépare à manger, aide son prochain, fait son travail et s’occupe de sa famille comme s’il s’agissait de Dieu, en personne. La Sadhana devient in fine chaque instant de la vie. Le Bhakta s’en remet complètement au Divin, tel le petit du chat qui se laisse transporter par sa mère.

Jnana Yoga Marga

Le Jnana Yogi, j’en ai déjà parlé un peu sur le blog, est celui qui cherche à atteindre l’illumination par la connaissance suprême, au-delà des sens et du mental. Cette voie requiert le développement de la discrimination, du détachement et d’une volonté immense de sortir de la dimension limitée de notre compréhension «normale».

Je crois que c’est à ce propos que j’ai introduit la notion du petit du singe qui s’agrippe à l’observation permanente du mental et de la vie, pour prendre conscience de ce qui dépasse l’intellect et les sens. Voici la sadhana du Jnani en quelques mots :

On peut dire que, globalement, il s’agit de techniques de raisonnement et de méditation. Le but est le dépassement du raisonnement lui-même.

Les analogies ou « Nyayas » en font partie. On connaît l’histoire de la corde qui traîne par terre, dans la pénombre, et que l’on prend par erreur pour un serpent, trompés que nous sommes par nos sens.

La méthode du « Neti-Neti » signifie « Pas ceci, pas cela ». Cette technique travaille par la négation: en découvrant ce que Brahman n’est pas, on peut arriver à comprendre ce qu’il est.

La méthode du « Sakshi Bhava » est la méthode du Témoin. Cette technique consiste à prendre du recul et à observer le jeu de la vie, comme si c’était un film, sans s’identifier à lui. Il y en a bien d’autres encore. Dès lors, la sadhana est une pratique de chaque instant, là aussi.

Karma Yoga Marga

Le Karma Yogi développe son yoga dans les actions qu’il mène dans sa vie. Il agit sans attendre de fruits en retour, dans un esprit désintéressé ce qui très difficile, dans l’état d’esprit de toute personne qui ne pratique pas le Karma Yoga … et même pour celles qui le pratiquent.

Le Karma Yoga peut se pratiquer en toute discrétion, sans rien changer apparemment à sa vie. Le Karma Yoga peut aussi devenir une voie de réalisation à travers le soutien aux personnes en difficultés ou l’aide humanitaire. La Sadhana du Karma Yogi est, là encore, une pratique de chaque moment présent.

Que cela peut-il bien vouloir dire pour nous?

J’aime à dire que la vie est une opportunité de Sadhana à chaque instant.

J’aime aussi penser que toutes les occasions, même les plus désagréables, ainsi que toutes les personnes que nous rencontrons, sont des maîtres pour avancer sur le cheminement du yoga.

Mais encore:

Concrètement, comment développer une Sadhana personnelle?

Suivre une école de yoga sérieuse, un professeur peuvent y participer. Celui qui veut véritablement donner à son yoga son sens initial de voie d’union fera certainement appel à un maître qualifié pour compléter cette sadhana. Le travail intérieur et la réflexion s’en trouvent affinés. C’est aussi un soutien que les indiens considèrent essentiel sur la voie.

Ici en Occident, on apprend volontiers les mathématiques avec un professeur, mais lorsqu’il s’agit d’apprendre sur le chemin spirituel, on appréhende cette notion de guide, maître ou professeur. Il est vrai que les écueils sont nombreux et que les tristes exemples ne manquent pas. Mais heureusement, il n’y a pas que ça…

La Sadhana, c’est aussi le temps consacré au yoga à la maison, les lectures, voire même l’écoute ponctuelle de conférences sur ce sujet. Cela peut être (à titre d’exemple totalement arbitraire):

10 minutes de pranayama 5x / semaine
20 minutes d’asana 5x / semaine + 1 cours
15 minutes de méditation par jour
30 minutes de lecture inspirante

L’ensemble peut coïncider avec un emploi du temps «normal». Une sadhana peut être plus courte, plus longue. Ce qui compte, in fine, c’est l’authenticité de la démarche.

Une personne croyante et pratiquante peut, par exemple, considérer que ses temps de prière et d’office font partie de sa Sadhana (Bhakti Yoga), etc.

Le yoga n’est par nature pas religieux. C’est une expérience intérieure. Les nombreuses voies du Yoga proposent des outils, très variés, pour expérimenter l’état de yoga. Ainsi, le yoga peut être aussi compris comme un chemin, un mode de vie, un ensemble d’outils ou exercices pratiques, pour améliorer sa qualité de vie à tous niveaux. En ce qui concerne le croyant, le yoga peut l’aider à mieux vivre sa vie spirituelle.

Que pensez-vous de tout cela?

Que veut dire « Sadhana » pour vous?
Comment l’insérez-vous dans votre quotidien, certainement déjà bien occupé?!…

Sources des images: http://www.amritapuja.org; http://www.vivekananda.btinternet.co.uk; http://oshobharathi.blogspot.com; http://www.karmayogavacations.com.