En repensant à ma visite avec Olga et Christine, auprès d’Amma, je me suis rappelé cet article de 2010. Cette année, nous n’avons pas pu recevoir le Darshan d’Amma dans sa proximité. Il y avait un monde incroyable, c’était le jour du Devi Bhava. Le Darshan atypique d’Amma (en Inde, un maître n’embrasse pas ainsi les gens)… Il y a ceux que cela étonne, le Darshan est difficile à comprendre pour nous occidentaux. Il y a ceux que cela émerveille… Voici un vécu parmi les milliers et des milliers de personnes ayant rencontré Amma…

Amma à Toulon en 2009

Mandala de la Sagesse

Les grèves SNCF et RER semblaient compromettre ma venue. Finalement, J’y étais! Je ne pouvais rester qu’un jour sur place, mais un jour, c’est déjà énorme…

Dimanche, à 7h30, j’attendais dans la file, depuis plus d’une demi-heure. Une jeune femme arrive et demande si certains seraient volontaires pour aider à passer l’aspirateur et à nettoyer des portes. Je connais la frilosité au bénévolat pour avoir vécu plusieurs années dans les centres Sivananda. Personne ne se propose. Je suis très fatiguée d’un voyage un peu particulier et d’une nuit trop courte… mais je passe sous la corde qui délimite la file, sans trop réfléchir. Six autres personnes me suivent. Nous voici au chaud, à l’intérieur, avec une centaine de personnes qui s’affairent à préparer l’arrivée d’Amma.

Avec une autre personne, nous avons nettoyé pendant 1h30 les portes par lesquelles Amma devait/pouvait éventuellement arriver. Il faut bien frotter car il y a matière à laver! Nous avons très chaud mais lavons de bon coeur, l’énergie déjà nous porte.

Amma arrive vers 10h. Ont suivi des moments inexprimables. J’ai pu passer un peu plus 13 heures d’affilées en sa présence.

Le Darshan est comme l’acmé, un moment étrange. On avance vers Amma, tout d’abord avec le mental en effusion. Puis, au fur et à mesure que l’on se rapproche, les pensées ralentissent, s’arrêtent, disparaissent. Il ne reste plus rien. On est juste là, juste sous le « choc ». Tant d’amour, cela semble incroyable, inconcevable. Cela retourne littéralement le ventre et voilà ce dernier tout détendu. Amma m’a transmis un petit message en anglais. Ce n’est que le soir, une fois rentrée, que j’ai compris: je suis quasi certaine qu’Amma a senti que Marc aurait voulu être là: elle s’était adressée à nous deux…

Ensuite, envie de rester assise et de regarder Amma donner le Darshan. Je l’ai vue 9h d’affilée, être là, sans s’arrêter… Au bout de quelques heures, une personne est venue masser ses épaules, derrière elle, heureusement…

Toujours la même présence à chacun, même après des centaines et des centaines de personnes de passées. Une réelle attention pour tous, des gestes justes, un sourire radieux, innocent, parfois une larme pour une personne en souffrance. Puis un rire qui vient du cœur pour un enfant malicieux. Elle reçoit nos émotions et les partage. Elle est notre miroir.

Tout va très vite: tellement de monde, pas possible de donner beaucoup de temps à chacun, mais pour elle, il est possible de tout donner cependant. Elle passe de l’un à l’autre, elle reçoit tout de ce que nous sommes, elle partage tout, mais elle n’est pas affectée. Elle donne, elle donne, elle donne. Elle rayonne. Elle est radieuse. Une énergie tellement étonnante, qu’il est difficile de la décrire. Les gens se relèvent un peu hagard, ou l’air étonné, un peu comme des poussins tout droit sortis de l’œuf.

Après le Darshan, cela bouge en soi. Un tel torrent d’amour ne  peut qu’emporter toutes sortes de choses en nous. Des intuitions, des compréhensions, des évidences apparaissent. Mais surtout ne pas trop chercher à comprendre. Pas trop vite, car sinon, le mental va tout limiter, rationaliser, trier, casser… et je risquerais de passer à côté de ses enseignements.

Les heures passent et je déambule parfois d’une salle à l’autre, dans les 3 salles où tant de gens sont là pour elle, tant de regards, beaucoup de sourires. Je suis bien dans cette énergie. Les disciples d’Amma sont agréables, ils ont de sa douceur. On sent qu’ils mettent tout leur coeur pour que les choses se passent bien pendant ces quelques jours.

Plaisir de goûter et retrouver les saveurs du Kerala pour les repas, quelques lectures et musiques à emporter avec soi. Et aussi, contentement de savoir que tout argent donné va dans les œuvres caritatives d’Amma, qui sont juste impressionnantes.

Je ne pouvais rester que la journée du dimanche, mais cette journée m’imprègnera longtemps, tout comme la première fois que j’ai vu Amma, il y a 5 ans. Cette fois-là, tant de choses se sont passées après. Avec Marc en mars, nous étions partis en Inde. Nous y avions d’éventuels projets (nous avons même visité une maison qui nous plaisait beaucoup à Rishikesh, en vue de nous y installer à temps partiel). Puis, c’est dans cette même ville que j’ai pleinement intégré, comme une évidence, que mon destin n’était pas en Inde, alors que depuis près de 20 ans j’aspirais à y partir.

Marc et moi nous sommes ensuite tournés vers des projets de reconversion, de changement de vie. Et c’est ce qui est arrivé, effectivement…

Aujourd’hui, c’est le 3ème et dernier jour d’Amma à Paris. Avec le Devi Bhava, c’est le moment fort. Je serai présente en pensées.

Voilà un peu ce qu’Amma représente pour moi: une grande âme qui s’est imposée, alors même que je venais « juste pour voir », alors même que je suis déjà l’enseignement d’un autre maître. Mais elle restera toujours là. Je me suis posé beaucoup de questions à ce sujet, puis je me suis dit que la Pure Conscience, le Divin, a des formes multiples. Amma est l’une d’entre elles. Je devais très certainement la rencontrer… Cela me semble évident.

Namaste

Mandala de la Sagesse

Photo: Amma à Toulon en 2009. Source: http://www.varmatin.com/article/var/au-zenith-de-toulon-les-etreintes-spirituelles-de-amma